Des niouzes en masse !

Voici un résumé de nos récentes activités, il faut dire qu’il s’est passé beaucoup de choses autour de notre association ces derniers mois…

Les lombrics c’est fantastique !

Plein de choses positives, comme ces ateliers de sensibilisation au compostage des déchets alimentaires pour plus de 500 enfants, comme les dizaines de formations animées, les kilos de lombrics élevés avec amour !

Formation sur la fameuse butte lasagne d’été

Ajouter à cela, toutes les nouvelles belles rencontres, tous ces porteurs de projets éthiques et solidaires qui viennent chercher conseils ou inspiration dans notre lieu, tous ces joyeux moments partagés avec les bénévoles le mercredi, et tous les délicieux fruits et légumes que notre jardin nous offre au quotidien.

Jeune plaqueminier planté fin 2017

Butte pour les aromatiques

Nouvelles parcelles

Patates carton en cours

L’année 2018 a aussi vu la poursuite du déménagement du jardin et des espèces pérennes sur les nouvelles parcelles juste à côté. Et toujours des ateliers, des stands, des animations un peu partout pour sensibiliser, former ou déformer ;-).

Le moment quinoa… Egrenage des épis en collectif

Et puis on a eu du sang neuf, avec l’arrivée d’Alain en service civique pour 9 mois ainsi que Matis et Antoine en stage avec la belle mission de comparer la biodiversité des plantes entre parcelles sauvages et cultivées (Résultats à suivre…).

Très belle auberge espagnole de midi

Encore du positif ? Les photos et les belles histoires que nous racontent les adhérents sur leurs récoltes, les partages et les changements concrets que génère la permaculture dans leur vie et autour d’eux… Les initiatives petites et grandes qui émergent ça et là, porteuses d’espoir vers une évolution des pratiques, l’intérêt grandissant d’un large public pour toutes ces questions…

On a envie de placer aussi un événement extérieur dans notre liste positive de l’été.

La spectaculaire démission de Nicolas Hulot fin août avec une parole enfin libérée sur ses difficultés –que nous vivons aussi à notre échelle- à faire avancer les choses.  Un acte fondateur pour « réveiller les consciences » peut-être, qui bizarrement nous a redonné du courage. Car nous étions en plein questionnement sur l’avenir de notre association cet été, à cause d’un événement moins positif qui nous a provisoirement découragés : l’inattendue réduction de la subvention que nous attendions de la Région PACA depuis plus d’un an pour notre action sur les alternatives au brûlage des résidus de jardin.

Les élus régionaux nous ont attribué 5.000€ au lieu des 22.000€ sur 2 ans prévus et validés par le jury technique ADEME/Région qui avait lancé l’appel à projets début 2017.
Une défection de 13.000€ sur 2 exercices pour une action d’intérêt général déjà largement démarrée et autofinancée. Une défection incompréhensible et décourageante qui fragilise notre équilibre financier.

Encore une fois, nous expérimentons le fameux principe de conception en permaculture, « le problème est la solution »  et c’est bien vrai ! Cet événement inattendu s’est révélé finalement créateur d’évolution et générateur d’un nouvel élan pour notre petite équipe.

Encore et toujours la Vie !

Avec l’impérieux besoin de continuer à faire notre part. Ce qui implique de trouver de nouvelles pistes d’actions génératrices de ressources financières pour continuer nos actions, sans pour autant renoncer à aucun de nos principes éthiques.

Sur le chemin au bord du Loup

De nouveaux projets sont donc en gestation, dont cette fameuse guinguette associative au bord du Loup dont on rêve depuis 3 ans…

* Si vous souhaitez nous soutenir, adhérez ou faites un don : notre association est habilitée à émettre des reçus fiscaux à ses généreux donateurs (66% du montant de votre don sont déductibles de vos impôts) et on peut même le faire par CB .

Le jour du grand nettoyage planétaire !

A 2 pas de chez vous !!

Venez participer seul(e), en famille ou avec des ami(e)s à ce bel élan citoyen !
Consultez la carte pour savoir où rejoindre un lieu de récolte de déchets : LE WORLD CLEANUP DAY !

Samedi 15 septembre, plusieurs associations de la Vallée du Loup se regroupent pour rejoindre le grand nettoyage mondial qui aura lieu ce jour-là dans plus de 150 pays.
Toutes les bonnes volontés sont requises, toutes les bonnes volontés sont indispensables !
Pour participer :
– Rdv à 10h pour le nettoyage du site de la papeterie de Bar sur Loup (départ sur le parking de la Papeterie),
– à 12h30 : pique-nique partagé « zéro déchets » au jardin des Petits Loups Maraichers (à côté du parking de la Papeterie)
– à 14h : nettoyage des bords du Loup au départ de la confiserie Florian de Pont du Loup.
Ouvert à tous (venir avec des gants épais si possible).
Plus d’infos sur www.worldcleanupday.fr

 

ATELIER GRATUIT : APPRENEZ A VALORISER VOS « DÉCHETS VERTS » !

Dernière minute : changement de lieu pour cause de pluie !

 RDV à 14H à la salle de la BIGARADE, chemin du Figueret à Pont du Loup

sous la mairie annexe de Gourdon à PONT DU LOUP

(Fléchage depuis la confiserie FLORIAN)

PARKING A COTE DE LA SALLE

Si on valorisait les résidus du jardin au lieu de les brûler ?
La pratique du brûlage des déchets verts est nocive pour notre santé et celle de la planète. Ce sont pourtant des ressources gratuites qui nourrissent les sols et la biodiversité !
Une formation gratuite aux Jardins du Loup pour tout savoir sur l’évitement, le broyage, le paillage et le compostage + un atelier pratique pour apprendre à valoriser ses tailles et tontes de jardin chez soi !

Jardin de vie !

Et si on changeait de regard sur nos jardins ?

Voici celui de notre ami Jean-Pierre PETTITI, cofondateur de la regrettée Gazette des Jardins, jardinier  professionnel depuis 3 générations, qui « impose » à ses clients depuis 30 ans ses procédés respectueux  de la nature : tailles minimales, broyage et mulchage sur place, etc.
Ses chantiers gérés de manière écologique font économiser des milliers d’euros d’arrosage à ses clients et des tonnes d’émissions de polluants à la planète.
Voici son regard amoureux sur la Nature :

« Un jardin c’est la vie !

Arrêtons de parler de « déchets verts », ce terme impropre qui favorise les usines de traitement. Il n’y a pas de « déchets » dans un jardin ou dans la nature. Il suffit de ne plus utiliser le mot. Ce mot inventé par les entreprises agréées pour traiter les déchets.

Avant on parlait de branches, de feuilles, de foin, de paille, de coupes de gazon et tout cela servait dans notre jardin. 

Un jardin c’est la vie, jardin de vie, c’est comme cela que l’on peut arriver à convaincre les personnes, je pense.

Toute action de taille coupe élagage plantation arrachage binage traitement terrassement bêchage etc… modifie, stresse, détruit, empoisonne, facilite ou casse un processus biologique, l’équilibre de la terre mère et de ses habitants (de la bactérie à la baleine). 

Réfléchir avant d’agir nous faisons partie de la biodiversité et de la chaîne. 

Pourquoi et dans quel but faisons-nous une action dans le jardin ? 

Savez-vous que quand vous taillez une seule branche, vous entraînez une cascade de modifications profondes du processus biologique non seulement de l’arbre ou de l’arbuste, mais de son environnement aérien autant qu’interne et souterrain ?

Et le secret, pour moi, il est là… vivre en osmose avec les arbres, les fleurs, les légumes, les insectes, les oiseaux, les fourmis, la terre, les bactéries, les champignons etc. garder et regarder cet équilibre qui est quand on ne le casse pas. Écouter et entendre les plantes, la terre et les acteurs. Regarder les feuilles et les fleurs fleurir et grainer.

Pourquoi tailler tondre avant de comprendre ce qui se passe dans son jardin, où l’oiseau niche et se pose, se cache, ressort, où le lézard prend le soleil, puis la pose et part à fond, où la merlette va chercher ses vers pour ses petits, qui sont tous ces insectes butineurs innocents…

Et cet arbre que nous dit-il, que sa charpente est vieille, que certaines de ses branches sèchent parce qu’il n’en veut plus, trop vieilles, mal placées, gourmandes (tiens un mot qu’on connait) et qu’il faut l’alléger, le faire plus beau, l’aider et c’est alors qu’on a compris ce qu’il faut tailler avec un sécateur ou un couteau scie, que l’on peut le faire sans déséquilibrer le système total de sa vie à lui et du sol et de son entourage, car lui il fait attention à tout cela car il a besoin de tout cela pour vivre et se développer. 

Nous avons exactement le même besoin que lui mais nous, nous faisons attention à rien c’est pour cela que nous arrivons à cette situation catastrophique. Prenons le même raisonnement pour toutes les actions tendant à modifier une situation naturelle et la conscience de la vie permettra à chacun petit à petit de limiter au maximum la production de taille.

Il restera alors juste assez de production pour réintégrer sur place ce que la nature en place produira d’elle-même et que l’on sera heureux de garder dans le jardin, il n’y en aura certainement pas assez.

Prenons la production de feuilles d’un arbre caduc, et bien il en fait juste assez pour lui-même, c’est facile à comprendre, il s’auto-alimente en théorie donc si c’est possible il faut laisser les feuilles autour de l’arbre pour que la décomposition fabrique tous les éléments dont il a besoin pour assimiler les oligoéléments qui sont dans la terre. Dans cette décomposition il y a les champignons et les bactéries qui rendent vivant le sol et le régénèrent. Si nous ne voulons pas les feuilles à terre, paillons les massifs de rosiers ou autres avec et si cela ne va pas allons au compost.

Faisons toute cette démarche avant d’atterrir au compostage qui est une valorisation intelligente mais si compliquée. » 

Jean-Pierre Pettiti

Envie d’aller plus loin ? Voici la charte du jardinier éco-responsable qu’avait publié Jean Pierre dans la Gazette…