STOP au BRÛLAGE

 

STOP AU BRÛLAGE : VALORISONS NOS RÉSIDUS DE JARDIN !

On croule sous les résidus de taille et tonte dans les déchetteries de la côte d’azur ! Rarement broyés et valorisés sur place, ils sont encore trop souvent brûlés dans un coin du jardin, créant des dégâts sur la qualité de l’air que nous respirons, sur la biodiversité et la nature en général, sur nos relations de bon voisinage, sans parler des risques d’incendie.

Et si on trouvait d’autre solutions pour notre santé et celle de la planète ?

Avant de passer aux solutions concrètes de valorisation, si on commençait par tordre le cou à quelques idées reçues et fausse croyances ? :

« Ce sont des déchets » : L’appellation officielle « déchet vert » pour les résidus du jardin est en fait récente. Il y a 2 ou 3 générations, on appelait ça des feuilles, des branches, du foin, des tontes… Et tout était réutilisé dans le jardin, considéré comme une ressource. Pas un déchet.

« Plusieurs espèces ne sont pas compostables ni broyables » : c’est une idée très répandue… et fausse. Les pins, lauriers roses, eucalyptus, tout peut s’épandre au sol ou se composter, et tout peut se broyer avec un broyeur adapté…

« On a toujours brûlé dans le jardin » : et non, on n’a pas toujours brûlé ! Ou plutôt si, on pratiquait l’écobuage dans nos montagnes, on faisait des feux de joie pour le plaisir de temps en temps, on brûlait certains végétaux atteints de maladie résistante.
Mais la pratique récurrente et fréquente du brûlage des résidus de jardin est récente : et résulte de plusieurs facteurs : obligation légale de débroussaillement dans notre région pour lutter contre les incendies bien sûr, mais surtout densification de l’habitat sur la côte d’Azur, émergence des jardins ornementaux en remplacement des jardins de production, installation d’espèces exotiques, de haies de feuillus pour s’isoler du voisin, arrivée de la mode des tailles sévères… Et surtout un changement de regard sur la nature : « faire tout propre », sol à nu et rien qui dépasse ! Tout l’inverse d’un jardin de VIE

« Brûler n’est pas plus nocif que rouler en voiture ou se chauffer au bois » : ça c’est ce qu’on pensait AVANT de pouvoir mesurer scientifiquement les émissions de particules : aujourd’hui on connaît les dégâts sanitaires causés par le brûlage des végétaux frais…

Selon Air Paca, « brûler 50kg de déchets verts émet autant de particules fines que 18.400 km en voiture essence récente ou 3 mois de chauffage au fioul d’une maison équipée d’une chaudière moderne ».

Bref, brûler dans son jardin c’est maintenant interdit et c’est pour notre bien et celui de notre planète.

Ce que dit LA LOI :

Vous encourez une amende de 450€ en cas d’infraction.

Dans le 06, l’obligation de débroussailler vous oblige à valoriser vos résidus verts (tontes et tailles) sur place (la meilleure solution) ou à les porter en déchetterie.

Les dérogations permettant le brûlage sont très strictes (espèces limitées, pas de pollution de l’air, heures et jours stricts) et doivent faire l’objet d’une demande préalable.

Alors que faire de ses résidus de jardin ? Changer notre regard et nos pratiques !

Bien sûr, les emmener à la déchetterie, c’est bien mieux que brûler !

Mais on peut encore faire mieux et s’éviter ce déplacement chronophage et émetteur de pollutions, car ces résidus verts sont en fait des ressources gratuites aux multiples avantages : broyés, compostés, ils sont utilisés au jardin naturel pour nourrir les sols et toute la biodiversité qu’ils abritent.

Économie d’eau, d’argent, de temps de désherbage, d’engrais, et la nature qui vous dit merci 🙂

Alors, stop au brûlage et voyons comment valoriser nos tailles et tontes du jardin pour notre bien et celui de la planète !

*********************************************************************************************

Des ateliers et formations pour apprendre à réduire ses résidus de jardinage et à les valoriser chez soi
Avec l’aide de l’Ademe et la Région PACA, Les Jardins du Loup lancent une campagne sur le Pays Grassois et le 06 pour changer notre regard sur nos pratiques et apprendre à valoriser nos tailles et tontes in-situ.

  • Nous accompagnons les collectivités des Alpes Maritimes dans la mise en place de solutions locales  de valorisation. Renseignements au 06 15 13 88 89
  • En 2018 et 2019,  Des ateliers et formations sont organisées  dans plusieurs villages pour vous devenir des champions de l’art du broyage, paillage et compostage !

Consultez les dates et lieux des modules sur l’agenda

 

Plus d’infos :

http://www.lesbonsplanspourlair.org/-Pourquoi-interdire-le-brulage-

http://www.ademe.fr/particuliers-eco-citoyens/habitation/jardiner-autrement/comment-pratiquer-paillage